Dual Citizenship Conference Report

CONGRÈS DES HAÏTIENS POUR FORTIFIER HAÏTI

et

CONGRÈS DES HAÏTIENS POUR ENGAGEMENT CIVIQUE (PAC)

 

Conférence sur la Double Nationalité

23 juillet 2009

Hôtel Karibe Juvénat 7, Pétion-Ville, Haïti

RAPPORT SUR CETTE CONFÉRENCE

 

Dans sa quête d’obtenir la double nationalité pour les haïtiens naturalisés, le Congrès des Haïtiens pour Fortifier Haïti a entrepris un long périple qui l’a amené durant la semaine du 20 au 26 juillet en Haïti.

Après avoir organisé des conférences dans plusieurs États de l’Amérique du Nord, des séminaires de formation, d’appels  téléphoniques etc., Le Congrès a tenu une conférence débat qui a eu lieu à l’Hôtel Karibe, le jeudi 23 juillet dernier.   Conférence à laquelle, ont participé les honorables sénateurs Joseph Lambert, Andris Riché, Edmonde Beauzile, Gérard Mathurin, les députés Patrick Domond, Gasner Douze. Les organisations haïtiennes de la diaspora avec lesquelles on a établi une coopération, ont envoyé leur représentants en la personne de Mr. Jean-Michel Voltaire et Dr. Berthie Labissière, Alliance des Haitiens d’Outre Mer, du Dr. Daniel Faustin, Haitian American National Alliance (HANA), du Dr. Joseph Baptiste, Organisation Nationale pour l’Avancement des Haitiens (NOAH), de Mme Yanick Martin, The Haitian League, du Dr. Jean-Roosevelt Clerismé, Haitian American Leadership Conférence (HALEC), et du Dr. Lhérisson Domond, Haiti Tourism Development.

Toutes ces personnes ont pu intervenir ainsi que des représentants d’organisations qui sont en Haiti meme, dont Mr. Branly Ogé, Société Civile, Maître Serge-Henri Vieux, membre du groupe de travail de la commission présidentielle sur l’amendement de la constitution de 1987, Mlle Evelyne Sainvil, Jeunesse en Marche (JMA), Mr. Baugène Bien-Aimé, Organisation Communautaire pour le Développement Rural (OCODER).

L’évenement a débuté avec l’inscription des participants qui vont des journalistes aux associations de jeunes.

Les intervenants se sont exprimés à l’unanimité en faveur de la double nationalité. Le sénateur Lambert dans un brilliant exposé a laissé entendre si c’était seulement la question de la double nationalité pour accomplir le processus d’amendement, ce serait déjà fait.

 

 


Le  programme a été introduit par une prière suivie d’une strophe de l’hymne à la Dessalinienne par la chanteuse Ti Fane.

Ce programme a été constitué de quatre panels ; suivi des panélistes suivants :

  • Le Ministre Charles Manigat, Ministre des Haïtiens Vivant  à l’Étranger.

Dans son intervention, Il est tout à fait normal  et c’est un droit pour les haïtiens vivant a l’étranger d’adopter  la  double nationalité afin d’établir  une relation étroite  entre ceux qui sont de l’extérieur et de l’intérieur pour le bien être de ce pays.

  • Quant au Maître Lionel Jean Baptiste président du Congrès des Haïtiens, il a souligné qu’il est important d’être mobilisé pour aider Haïti à marcher sur la voie du progrès. Parce que  nos intérêts sont communs, pour lui la priorité c’est  l’action  civique, avec l’intégration de la double nationalité.
  • Selon le vice Président du Sénat l’Honorable Andrice Riché, il a parlé de son expérience en Haïti quand il a été arrêté par le régime de Duvalier pour avoir emmené des gens à la Gonâve pour travailler dans la zone afin d’effectuer des changements, dans l’économie. Il a passé deux ans à Fort Dimanche. Il a aussi parlé de ses expériences á l’étranger (USA, Canada), mais il croit que l’heure est arrivée de changer la situation politico-sociale des haïtiens et être très sensible à ce problème au niveau du parlement. Cependant, ce problème ne devrait pas poser sur la double nationalité seulement, car on ne peut pas se contenter de dire que nous les membres de la diaspora, nous représentons l’épine dorsale de l’économie du pays quand on envoie des transferts à nos familles Haïtiennes, pour lui c’est un devoir divin. 
  • Selon Honorable Sénateur Joseph Lambert, les haïtiens vivant á l’étranger sont exclus, c’est une forme d’injustice pour cela il faut laisser une porte ouverte à leur intégration, en passant par les deux chambres du parlement.
  • Quant à l’Honorable Sénateur Edmonde  S. Beauzile, elle donne son approbation a cette démarche  pour la double nationalité mais de manière limitée tout en montrant les enjeux graves que cela peut représenter pour la République  d’Haïti tant sur le plan social, économique culturel et politique, mais elle attend toujours une grande contribution de la diaspora. Elle a aussi opiné sur la question de la double nationalité en ce qui concerne les positions politiques de premier ministre et de président. Selon Sénateur Beauzile, elle n’acceptera pas que quelque qui a été naturalisé occupe aucune de ces deux positions. Elle a donné l’exemple de Michaëlle Jean qui avait renonçée à sa nationalité française pour pouvoir être assise comme gouverneure générale du Canada.  
  • Maître Serge Henri Vieux, le représentant de la commission présidentielle sur l’amandement de la constitution a présenté le bilan du travail de cette dite commission, par rapport au problème de la double nationalité, de la possibilité d’avoir une force publique; de la loi du sol etc. Tout ce ci a été réalisé en recueillant les opinions des différents secteurs du pays et de certaines régions de la diaspora.  Maître Serge Henri-Vieux a laissé savoir que le Congrès des Haïtiens ne doit pas adopter une attitude de « tout ou rien » sur la question de la double nationalité.
  • Le représentant de l’initiative de la Société civile  (ISC), Mr Branly Ogé, se croit  être  disponible pour apporter tout son support aux haïtiens vivant  à l’étranger dans l’objectif d’accueillir toutes les informations possibles et palpables. Il pense que le transfert d’argent d’un individu à ses parents en Haïti ne lui donne pas droit automatiquement à la double nationalité, car pour Mr. Ogé, il n’a jamais reçu un sous de la diaspora depuis son retour dans le pays.
  • Selon  la représentante de la jeunesse haïtienne Mlle Evelyne Sainvil, la porte parole de la Jeunesse en Marche pour l’Avenir (J.M.A), l’exclusion de la jeunesse et de la diaspora au sein même de leur pays constitue un handicap au développement du pays. A son avis, nos frères et sœurs qui vivent à l’extérieur doivent jouir leur droit civique et politique dans leur patrie. Les membres de la (JMA)  sont tous prêts à apporter leur contribution dans cette démarche sous quelque forme que ce soit. Cependant, il faut qu’il y ait une participation active de la jeunesse haïtienne dans le développement du pays afin d’éviter ce système d’exclusif qui fait l’affaire depuis longtemps d’un petit groupe. Car les jeunes haitiens sont victimes de tous les maux de la société. Mlle Evelyne Sainvil nous a fait une annecdote sur son vécu à la faculté de droit des Gonaives. Au sein de  cette faculté il n’ ya pas vraiment un lieu convenable pour accueillir les étudiants. Filles et garçons sont entassés dans un même endroit. Tout cela explique un manque de respect pour ceux et celles qui étudient en Haiti.
  • Le responsable de l’OCODER (Organisation Communautaire pour le Développement Rural) Mr Baugène Bien-Aimé, est prêt  à porter sa contribution dans cette démarche tout en cherchant à mobiliser la masse paysanne. Dans son propos, il suggere à ce que les dirigeants politiques de ce pays, n’interviennent pas dès le  début du programme pour qu’ils aient l’opportunité de répondre aux différentes interrogations de l’assemblée, notamment les organisations de base du pays.
  • Dr Lhérison  Domond représentant de Haïti Tourism Development, a  intervenu sur l’impact de la double nationalité sur l’industrie du tourisme.  D’après lui, le tourisme constitue une des forces motrices pour le développement durable du pays.Maître Jean Michel Voltaire pour sa part a déclaré que la double nationalité est une grande ouverture au développement du pays. Il faut que les haïtiens vivant de l’extérieur reprennent leur droit civique qu’ils avaientacquis de leurs ancêtres. Nous devons prendre  le passé comme modèle pour reconstruire le pays, car nos ancêtres ont beaucoup travaillé pour nous donner cette portion de terre, c’est une nécessité de la soigner. Pour lui tous les haitiens sont les fils et filles d’une seule nation. Nos dirigeants Haitiens ne doivent pas nous considérer comme étant  des étrangers dans notre patrie. Selon ces dirigeants là, un haitien qui est de passage en Haiti ne doit pas rester plus de trois mois, et il a le droit seulement à une seule propriété.
  • Mr Alix Claude, membre  du Congrès des Haïtiens, a mis l’accent sur la conscientisation de tout un chacun sur la question de la double nationalité. Ce qui n’est pas encore admis par la constitution haïtienne de 1987.  Pour certains, malgré qu’il y ait une forme d’exclusion des haïtiens de la Diaspora, ils  restent toujours et demeurent des Haïtiens à part entière.  Pour lui, les diasposiens ne sont pas des étrangers dans leur propre patrie. Il a pu établir la différence entre la loi du sol et la loi du sang. Pour lui, la loi du sang c’est le fait d’être nés d’un père et/ou d’une mère haitienne et la loi du sol, c’est le fait d’être né sur le sol où avait pris naissance le père et/ou  la mère. Cependant, les haitiens d ‘origine sont ceux qui sont nés sur une terre étrangère soit d’un père haitien ou d’une mère haitienne.
  • Le professeur Max G Joseph, vice-président du Congrès, sur cette même lignée, avance que les Haïtiens devraient -être fière d’accepter la nationalité de leurs pays. En effet,  il était contraint à bénéficier certains avantages, il a mentionné que la majorité des pays sur cette planète accepte la double nationalité. C’est pourquoi de nos jours, beaucoup de pays font la promotion pour les multi nationalités.  Même aux Etats-Unis, beaucoup de personnalités tant dans le monde des affaires que dans le monde du show business cherchent à acquérir une nationalité étrangère. Par exemple, l’acteur américain Isaiah Washington avait sollicité du gouvernement de Sierra Léone la nationalité Sierra Léonnaise.
  • Dr. Daniel Faustin Président, Haitian, American National Alliance (HANA), a intervenu sur l’organisation des haïtiens de la diaspora en une force pouvant influencer les décisions politiques et économiques du gouvernement Américain en faveur d’Haïti. Son propos se porte sur le squelette de l’HANA, son objectif, sa mission, son apport aux Congrès des Haïtiens, qui travaille en étroite collaboration avec les autres organisations de la diaspora. Il a mis l’accent sur la nécessité de se regrouper en vue d’une finalité concrète celle d’avoir la nationalité haïtienne pour qu’Haïti puisse marcher sur la voie du développement. Ainsi, Dr. Faustin a recensé plus 203 organisations  de la diaspora haïtienne qui ont un seul objectif  pour  que tous les Haïtiens de l’extérieur puissent un jour devenir des citoyens à part entière dans leur pays d’origine. Ce qui compte c’est de trouver un moyen pour que les Haïtiens vivant à l’extérieur puissent jouir leur droit civique et politique au même titre de ceux qui sont à l’intérieur.
  • Madame Yanick Martin, représentante The Haitian League, travaillant depuis quatre ans dans le pays a intervenu sur l’impact de la double nationalité, sur la réunification de la diaspora de tous les continents pour servir Haïti. Son organisation effectue des travaux tant dans le domaine de l’éducation, de la  santé, de l’agriculture et de la culture. Sa mission c’est de voir comment intégrer les haïtiens d’origine dans leur propre culture nationale. On a pu constater qu’on a souvent tendance à projeter à l’extérieur une mauvaise image de notre chère Haïti. Ce qui constitue un blocage pour nos ressortissants haïtiens de venir visiter le pays. Voilà pourquoi, elle a pu faire venir des jeunes haïtiens de la diaspora, afin qu’ils puissent voir de leurs propres yeux. Car, pour elle c’est une obligation pour que les jeunes de la diaspora se joigneent àleurs frères et sœurs en Haïti pour construire le pays.
  • Le président  de l’organisation nationale pour l’avancement des Haïtiens NAOH, en l’occurrence Dr Joseph Baptiste a parlé sur la crainte de perdre la nationalité haïtienne par l’interdiction de la double nationalité. Ce qui affaiblit la force politique de la diaspora dans les pays d’accueil. Il a aussi présenté l’organigramme de NAHO, ses différents travaux effectués tant dans le domaine social, politique qu’économique. NAHO porte toujours son support à nos compatriotes de la diaspora qui sont parfois en difficultés et à nos frères et sœurs qui croupissent dans la misère. Elle porte dans son cœur la situation précaire du peuple Haïtien.
  • En claire, cette journée organisée par le Congrès des Haïtiens pour Fortifier Haïti a été très  fructueuse pour chacun des participants.  Les intervenants ont abordé le problème dans un même sens. On a pu remarquer qu’ ils  ont  opté  pour une nouvelle Haïti à l’intégration totale  de toutes les couches sociales du pays, mais aussi avec nos compatriotes  qui sont à l’extérieur.  Dans ce  cas, il faut  que la  chambre des Députés  et  celle  du Sénat se mettent d’accord  pour octroyer ce  droit à nos  frères et  sœurs qui sont de l’extérieur sur cette question qu’est la double nationalité.

Copyright© 2017 Haitian Congress PAC | Web by ADS
1227 Dodge Avenue, Evanston, IL 60202 | Tel: 847-475-5856 | Fax: 847-424-1049